Depuis qu’il sont élus, les conseillers municipaux communistes ne cessent de réclamer la baisse des tarifs du chauffage urbain pratiqués par la SODC (chauffage urbain au nord de la Loire), rencontre avec les usagers, interventions au conseil municipal, courriers au Maire, etc.

Rappelons qu’après l’avoir obtenu au sud avec la SOCOS, ils sont intervenus pour qu’il en soit fait tout autant au nord avec la SODC, société orléanaise de distribution de chaleur ; cette société, filiale de la GDF-SUEZ a été créée pour gérer un mode de chauffage qui était censé s’avérer plus économique. Or au fil du temps celui-ci s’est avéré de plus en plus cher, à tel point que chaque année des habitants rompent leurs contrats, non sans mal.

Dans un courrier du 30 juillet 2010, la mairie nous a enfin répondu qu’elle envisageait l’installation d’une chaufferie biomasse au nord d’Orléans pour réduire le coût du chauffage : ce sera chose faite au 1er juillet 2014. Comme nous l’avions demandé, par le biais de l’anticipation de la baisse de la TVA de 19,6 à 5,5 obtenue par la lutte des locataires de La Source, la facture sera allégée de 14% dès le 1er janvier 2012. Alors surveillez vos prochaines factures ! La 2ème baisse, sensiblement identique, interviendra quand la chaufferie sera mise en service, le 1er juillet 2014. C’est ce qui a été voté au conseil municipal du 28 janvier 2012.

La SODC doit rendre des comptes !

Réponse à une autre demande que nous avions formulée : la facturation au forfait sera supprimée totalement avant le 15 juillet 2015, avec la généralisation des compteurs. Ces compteurs devraient permettre de régler la température, et que les habitants du rez de chaussée ne  se gèlent plus, pendant que ceux qui sont au dernier étage sont obligés d’ouvrir les fenêtres !

Le service public du chauffage urbain devrait donc retrouver son rôle économique, pourvu que la gestion soit plus transparente, comme nous l’avons souhaité. Les élus communistes s’étonnent d’ailleurs qu’au vu des problèmes rencontrés, le contrat est reconduit avec la même société jusqu’en 2034.

La nouvelle chaufferie sera installée en limite du terrain des Groues à proximité du chemin de fer, une opportunité pour l’alimenter par le rail ? 55 emplois seront créés, et pour la construction 5% des emplois seront en insertion sociale.