Serge Grouard, représentant la droite aux municipales à Orléans, est donc passé au 1er tour. La forte abstention de l’électorat de gauche est le 1er responsable de cette victoire du député-maire d’Orléans au 1er tour … et de la poussée du FN !

Dans ce contexte, la liste “Orléans combatif et solidaire” du Front de Gauche tient d’abord à remercier toutes celles et ceux qui auront dit non aux politiques d’austérité locale et nationale en portant leurs suffrages sur notre la liste. Le résultat du Front de Gauche représente un socle de gauche solide, ancré, encourageant à l’avenir pour reconstruire une alternative réellement de gauche à Orléans.

En effet, c’est bien l’électorat de gauche qui a sanctionné le gouvernement actuel et plus largement la politique antisociale soutenue par le PS, en s’abstenant massivement.

Face aux conséquences sociales terribles qui vont s’amplifier, notamment à cause des coupes dans les dépenses publiques, le Front de Gauche à Orléans reste et restera toujours mobilisé. 

Cette opposition, portée par deux élus (Michel Ricoud et DOminique Tripet) s’appuiera sur un travail collectif et élargi du Front de Gauche ; elle s’appuiera également sur le peuple en allant toujours à la rencontre de celles et ceux qui sont oubliés, relégués et visités qu’en périodes électorales. Maintenant, les K-way sont certainement rangés dans les armoires !

Nous serons toujours présents aux côtés de celles et ceux qui souffrent, qui luttent, qui se battent, qui refusent de voir notre pays en proie aux inégalités et aux souffrances sociales.

Les élus du Front de Gauche continueront de porter au sein du Conseil municipal et dans les quartiers d’Orléans les propositions présentées durant la campagne des municipales.

Les élus du Front de Gauche seront toujours dans l’opposition aux projets de Serge Grouard qui n’iront pas dans le sens des intérêts des citoyens et continueront de porter des propositions alternatives.

Les élus du Front de Gauche poursuivront leurs démarches de proximité, d’écoute et de défense de celles et ceux qui sont en souffrance sociale. N’oublions pas que notre ville d’Orléans compte 10.000 familles qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Nous ne lâcherons rien !