Le Conseil général du Loiret a décidé de stopper le financement des sous–locations à bail glissant et l’accompagnement social lié au logement, à compter du 1er juillet 2014, mesure grave qui va pénaliser les familles en difficulté. Je suis intervenu lors de la dernière session du Conseil général du Loiret pour faire part à Monsieur le Président du Conseil général de ma désapprobation face à cette mesure. En parallèle, Monsieur le Président de l’Union Sociale de l’Habitat, Monsieur Philippe Vareilles, a également écrit au Président du Conseil général du Loiret pour lui faire part, je cite, “de ses inquiétudes quant à la disparition éventuelle de dispositifs qui fonctionnent bien dans le département du Loiret”. D’autre part, des  associations comme l’AIDAPHI et l’AHU ont également tiré la sonnette d’alarme, car en plus de cette décision grave pour les familles en grande précarité, celles-ci risquent d’être dans l’obligation de licencier des salariés.

En réponse à mon intervention, Eric Doligé m’indique que ces dispositifs relèvent de la compétence de l’Etat.

En conséquence, j’ai envoyé un courrier à Monsieur le Préfet du Loiret afin de connaître les dispositions qu’il comptait prendre afin que les familles ne soient pas pénalisées et que ces dispositifs continuent de fonctionner.