C’est bien connu, les familles modestes ne pensent qu’à tricher, à frauder et à profiter des aides sociales, du”système” comme on le dit et on le répète. Comme disait Coluche : “Salauds de pauvres !”

Mais sait-on suffisamment que, par manque d’information et pudeur, mais aussi, complexité des démarches à effectuer, ils sont nombreux les “ayant droits” à ne pas effectuer les démarches nécessaires ?
D’ailleurs, un récent rapport du Secours Catholique démontre que ces préjugés que certains politiques, en général ceux qui défendent les plus riches, repris par certains médias nationaux, n’ont pas lieu d’être.
On appelle cela le ‘’”non recours”. Il est urgent de rétablir quelques chiffres :

– 50% en moyenne pour le RSA
– 29% pour la CMU complémentaire
– 68% pour le tarif EDF de première nécessité
– 62% pour le tarif spécial solidarité GDF ( devenu ENGIE)
– 50 à 70% pour les tarifs sociaux pour les transports urbains

Ce qui représente une “économie” de 11 milliards d’euros pour l’Etat. Merci les pauvres, merci les familles modestes!

Au lieu de culpabiliser, dénigrer, stigmatiser les familles en grande difficulté dont le nombre ne cesse de grandir à cause des politiques d’austérité engagée par les gouvernement successifs, il serait utile de rappeler ces chiffres, sans oublier les profits énormes réalisés par les patrons du CAC 40 ces dernières années.

Pire, voilà qu’arrive le scandale, après celui du “Panama Papers”, celui du “Paradise Papers”, véritable prédation financière sur les richesses créées, prédation organisée par les multinationales, le système bancaire mondialisé, les gouvernements et les institutions internationales qui soutiennent les puissances d’argent. Et sur ce scandale, il faut bien reconnaître que l’on tourne bien vote la page de ces scandales.

Vous avez dit “deux poids, deux mesures” ?