Orléans le Mardi 24 Mars 2015

Le 1er tour de l’élection départementale dans le Loiret est marqué par le très fort niveau de l’abstention, plus élevé qu’au plan national (50,02% au lieu de 48,5%), ainsi que par une progression de la droite et de l’extrême-droite.

Au second tour, le Front National sera présent dans 16 des 21 cantons du département et la droite dans 18 cantons. Les candidats soutenus par le PS ne sont désormais présents que dans 9 d’entre eux.

Ces résultats montrent la profondeur de la crise politique que nous traversons et le rejet massif de la politique menée par Hollande et Valls.
Ce vote, comme le niveau de l’abstention, exprime la colère, le dégoût, l’indignation de toutes celles et tous ceux qui n’arrivent plus à vivre dignement, qui ont le sentiment quotidien d’être laissés pour compte. Ils assistent aux renoncements du gouvernement vis-à-vis des pouvoirs de la finance, des actionnaires du CAC 40, des diktats de l’Union européenne. Ils subissent les sacrifices qu’on leur demande au nom de l’austérité sans autre résultat que la montée du chômage et de la pauvreté Désarçonnés, ils ne savent plus dans quelle direction se situe l’espoir. Nous comprenons leur désarroi. Ce n’est pas pour cette politique que nous avons battu Sarkozy il y a 3 ans au second tour de la présidentielle.

Le score du Front National est autant la conséquence de ce désarroi, de ce ras-le-bol généralisé que celle d’un long processus de banalisation de ses idées. Jamais le FN n’avait été autant placé au centre du débat politique et médiatique. Ce parti sème la haine et la division. Il ne remettra pas en cause les privilèges des banques ou du MEDEF, n’est d’aucune utilité pour lutter contre l’austérité et la discrimination.

Dans ce contexte, le Front de Gauche fait plus que résister en France et dans le Loiret. Pour la première fois, depuis longtemps, les candidats soutenus par le Front de Gauche réalisent des scores supérieurs à 5% dans tous les cantons de notre département.

Nos candidats rassemblent 20 071 voix soit 9,43 % des suffrages exprimés, ce qui est équivalent au résultat national. Ils progressent dans de très nombreux cantons et arrivent très largement en tête à Châlette (46%), Saran (36%), La Source (38%) ou encore Villorceau (34,75%) ce qui conforte l’action que ces élus conduisent localement depuis des années.

1ertour-LaFerte-LaSource

Résultats dans le quartier de La Source – 1er tour des Départementales 22/03/15

 

Ces résultats constituent un encouragement fort à poursuivre le travail de rassemblement autour de la construction d’une véritable politique de gauche qui pourrait un jour devenir majoritaire.

Malheureusement, ces bons résultats ne nous permettent pas de nous maintenir au second tour sur les trois cantons où nous avions des conseillers généraux sortants. Ils subissent, avec les électeurs qui leur ont apporté leur confiance, les conséquences du charcutage électoral inique élaboré par le Parti Socialiste. Ce redécoupage politicien des cantons, organisé pour éliminer leur présence au conseil départemental, a fait son œuvre ! Il élimine d’ailleurs la gauche dès le premier tour dans 12 cantons. La démocratie est bafouée. C’est un terrible revers pour ses auteurs.

Plus généralement, le message envoyé par les électrices et électeurs est une nouvelle sanction claire et sans appel de la politique conduite par le gouvernement depuis 2012. Il y a urgence à entendre ce message des urnes en changeant de politique.

Au second tour, la conquête de nouveaux cantons par la droite ou l’extrême-droite ne peut qu’aggraver durement les conditions de vie déjà difficiles des populations et ne permettra pas de combattre l’austérité, bien au contraire. Il faut leur faire barrage. Leur objectif commun est d’aller encore plus loin dans l’austérité, la régression des protections sociales, la concurrence entre individus, la réduction des dépenses et des emplois publics, la privatisation des services publics.

La présence du FN dans 16 cantons au second tour est un danger qu’il faut prendre au sérieux. L’élection de candidats du Front National constituerait un obstacle majeur supplémentaire à toute alternative progressiste dans notre pays, un renoncement aux valeurs républicaines et démocratiques. Pas une voix ne doit se reporter sur ses candidats.

L’heure est maintenant au sursaut, au rassemblement de toutes celles et ceux qui à gauche souhaitent battre durablement la droite et l’extrême-droite en s’attelant à la construction d’un nouveau projet politique. Il doit rompre avec l’austérité, répondre aux besoins des citoyens et aux urgences sociales. L’émergence d’une gauche nouvelle pour une majorité alternative, citoyenne et populaire véritablement à gauche est possible. Construisons-la ensemble et maintenant.