Décidemment, rien ne sera épargné aux familles modestes. En effet, la CNL vient d’apprendre qu’un rapport parlementaire préconise de réaliser des “économies ciblées”, de l’ordre de 300 à 400 millions d’euros par an, dans l’attribution des aides personnalisées au logement (APL) versées par la Caisse d’Allocations familiales (CAF).

Achevé mardi 19 mai 2015, ce rapport, qui sera présenté devant la Commission des Affaires économiques ce mardi 26 mai 2015, émane d’un groupe de travail de l’Assemblée nationale présidé par le député PS, M. François PUPPONI.

Parmi les recommandations, il suggère d’allouer les aides seulement aux étudiants “qui en ont le plus besoin”(180 millions d’économies) en les modulant en fonction du revenu des parents, de l’éloignement géographique et des cas de rupture familiale. Et les députés préconisent aussi de cibler l’APL sur “les ménages les plus modestes et dont les difficultés d’accès à un logement sont réelles”. Il est utile de rappeler qu’actuellement 6,5 millions de ménages bénéficient d’une aide au logement, dont 80% ont des ressources inférieures au SMIC.

Sabrer dans l’APL, c’est s’en prendre aux plus socialement fragiles, aux plus modestes. Il y a d’autres choix à faire. De l’argent existe dans d’autres domaines. Par exemple, mais pas seulement, dans les indemnités versées aux anciens Présidents de la République. Il arrive, parfois, à l’émission Capital sur M6 de dénoncer des injustices.

En effet, je tiens à rappeler que cette émission “Capital” sur M6 “bouffe” souvent du fonctionnaire, pratiquement à chaque émission. Le dimanche 17 mai dernier, pourtant, le programme télé a fait un utile rappel sur le coût des avantages alloués aux anciens présidents de la République : VGE, Chirac, Sarkozy. Ces chantres du désendettement de l’Etat, de l’austérité … pour les autres, bien sûr, et de la rigueur, coûtent aux finances publiques 6,5 millions d’euros par an, 94 millions d’euros depuis l’instauration du système en 1985. Pas d’austérité de ce côté là !! Indécent !!!