C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que nous apprenons aujourd’hui le décès de Madame Simone Veil. Nous saluons la femme de courage qui, à la tribune de l’Assemblée Nationale, a d’une voix claire et ferme, et ce, malgré les injures et cris de certains membres de l’Assemblée de son propre bord politique, défendu la loi qui porte désormais son nom, légalisant l’avortement en France. Un conquis considérable pour l’autonomie et la santé des femmes : la liberté à disposer de son corps, à maitriser sa fécondité, sans risquer sa vie. Des milliers de femmes la lui doivent (la vie), tout comme des milliers d’enfants, qui sont nés « désirés ». Pourtant il nous reste encore à inscrire ce droit dans notre constitution.
 
A l’heure où nous apprenons en même temps le 62ème féminicide, meurtre de femme par son conjoint ou ex, sa disparition nous montre combien encore dans ce pays il y a à lutter pour l’égalité des droits, la parité, l’éradication des violences faites aux femmes et aux enfants, contre le harcèlement au travail, dans la rue et même à son domicile etc…
 
Force est de constater aussi, après les dernières élections législatives, que si le nombre de députées a fait un bond : 36% contre 27 précédemment, aucune d’entre elles n’a été désignée Présidente de Groupe, au perchoir, à une questure ou autre. Mais qu’un homme tombe la cravate…
 
42 ans se sont écoulés, 42 ans d’espoir… Et si peu d’avancées réelles…
 
Il nous faut continuer la/les luttes, car comme le disait Benoite Groult, une autre grande dame disparue il y a tout juste un an : « Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. »
 
Alors merci Madame Simone Veil. Les femmes savent, grâce à vous, que rien n’est impossible, quand le courage et la conviction sont là.
Pour le groupe PCF/FDG en Mairie d’Orléans
Dominique TRIPET