Le stationnement payant à Orléans prend une nouvelle ampleur avec maintenant les boulevards qui vont être impactés prochainement. Je m’excuse du terme peut être un peu violent : le” racket” s’amplifie.

Si on peut comprendre les difficultés des collectivités qui subissent la baisse des financements d’Etat, ce ne sont pas aux citoyens  d’en payer le conséquences. Quant à la dépénalisation du stationnement qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2018, elle risque aussi de se traduire par une nouvelle hausse car ce sont les villes qui décideront des amendes.

Et avec la possibilité pour les communes de faire intervenir des sociétés privées.

Cet argent ira dans les caisses de collectivités.

Face à cette amplification, je le répète, du “racket”, il va falloir se mobiliser.