Notre pays vient de vivre l’un des pires événements de son histoire. Les attaques terroristes simultanées de la nuit dernière à Paris et à Saint-Denis, revendiquées par Daesh, faisant à cette heure 127 morts et 200 blessés, sont effroyables.

La France est en deuil.

Au lendemain de ce carnage, nos premières pensées se tournent vers les victimes, leurs familles, leurs proches, les témoins et tous ceux dont la vie a été menacée. Pour tous, la douleur est immense. Chacun en France s’en sent profondément meurtri.

Nous saluons l’action des forces de l’ordre, des secours, des urgentistes et personnels de santé et des agents territoriaux dont la mobilisation a été exemplaire ainsi que la solidarité des habitants qui s’est immédiatement manifestée.

Moins d’un an après les attentats de janvier dernier, la République est frappée en son cœur.

Alors que l’État d’urgence vient d’être décrété par le gouvernement, le renforcement des moyens de police et de justice est un impératif. L’État doit trouver durablement les moyens adaptés pour garantir la sécurité de toutes et de tous.

Nous appelons notre peuple à ne pas céder à la peur, à se rassembler pour la liberté, l’égalité et la fraternité, et pour la paix. Nous devons refuser les amalgames et les stigmatisations. Ensemble, nous devons rejeter fermement la haine et les racismes.

La France est touchée par la guerre et la déstabilisation qui minent le Proche et le Moyen-Orient. La lutte contre le terrorisme appelle une mobilisation redoublée et des solutions internationales. Elle ne pourra triompher que dans la mobilisation pour un projet de société solidaire qui place au cœur de tous ses choix l’émancipation humaine, les valeurs de la République et la paix.

Nous serons de toutes les initiatives qui, dans les prochains jours, permettront à nos concitoyens de se rassembler pour faire face à cette épreuve et ouvrir un chemin d’espoir pour notre peuple. »

Enfin et avec beaucoup d’émotion, et au nom de notre groupe, nous voulions affirmer ici que nous voulons continuer à célébrer la vie tout en refusant la peur. Nous voulons continuer à vivre sans baisser le front face à des assassins. Nous ne ferons pas droit à leur fantasmagorie sanguinaire, qui en guise de projet de société, prônée dès le XIIème siècle par la secte des hashashins est de terroriser par le massacre et le chaos.

Nous refusons avec force de nous soumettre à cette horreur, comme nous refusons les amalgames qui déjà se font jour, et les boucs émissaire faciles. Les balles des assassins n’ont pas choisi leurs victimes en fonction de leur sexe, couleur, nationalité, religion ou non. Et nous refusons qu’un tel décompte odieux puisse se faire.

Plus que jamais nous devons faire vivre notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité sans oublier la Paix et la Résistance. Au risque sinon de déclarer qu’ils ont d’ores et déjà gagné.

Enfin, nous voulions rappeler cet écrit d’Antonio Gramcsi, décédé en 1937 :
« Le vieux monde se meurt,
le nouveau monde tarde à apparaître,
et dans ce clair- obscur
surgissent les monstres. »
Nous en sommes encore là.

Enfin, nous vous invitons à participer à la minute de silence nationale qui aura lieu lundi 16 novembre à 12h00, où que vous soyez …

Dominique TRIPET et Michel RICOUD, Conseillers municipaux Front de gauche d’Orléans
Avec Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti Communiste français.

 

Lire aussi la déclaration de l’ANECR (Association nationale des élus communistes et républicains)
Déclaration ANECR 16 nov 2015