Le président de l’AgglO demande aux élus d’approuver à nouveau une hausse des tarifs de la TAO.

Nous nous interrogeons sur le fait que certains tarifs subiront une hausse qui sera plus forte que le taux d’inflation. Ainsi, l’abonnement “tout public annuel” qui passe de 428 euros à 439 euros (+2,6%), l’abonnement “annuel jeunes” qui passe de 258 euros à 262 euros (+1,6%), l’abonnement “annuel sénior” qui connait la même évolution ainsi que l’abonnement “annuel plus” qui passe de 214 euros à 219,50 euros (+2,6%) et l’abonnement “mensuel de plus” bénéficiant à des personnes en difficultés qui voit sa durée de validité réduite.

Alors que l’AgglO et Keolis venaient de décider de prendre enfin en compte les propositions portées depuis des années par les usagers, les parents d’élèves et des élus locaux afin d’améliorer le réseau et donc le service rendu aux populations, ces nouvelles annonces risquent d’éloigner de nouveau certaines personnes des transports en commun.

C’est ignorer que le nombre de demandeurs d’emploi vient de nouveau d’augmenter, que la pauvreté et la précarité touchent un nombre toujours plus important de familles avec des budgets de plus en plus contraints et des dépenses qui augmentent. Alors que le prix du ticket était déjà cher pour une agglomération comme la nôtre, qu’il n’y a plus d’abonnement « étudiants », ces décisions vont aggraver la situation financière de nombreux habitants et usagers.

Alors que les questions environnementales et de santé publique sont régulièrement évoquées lors des pics de pollution qui se multiplient, que la France va accueillir en décembre la Conférence Climat, il y aurait besoin de mesures fortes pour développer l’accès des transports en commun pour tous dans notre agglomération. Un réseau répondant aux besoins des usagers est essentiel, tout comme des tarifs accessibles et pourquoi pas la gratuité. Osons le débat !