Cette rencontre a eu lieu le jeudi 28 novembre avec  La Maraude du Colibri – Les Mains Tendues – Au Coeur de la Rue – La CNL

Le Sous-Préfet nous a présenté en préambule un bilan très positif de l’action de la Préfecture.

Il nous a été indiqué que le budget 2020 était en hausse de 20% en terme de financement de l’hébergement d’urgence.

Nous avons insisté sur le fait que la pauvreté augmentait dans des proportions inquiétantes. Il a été rappelé aussi que 8000 logements étaient vides sur Orléans et 10 000 sur la Métropole. D’où notre proposition maintes fois réaffirmée de provoquer une “table ronde” avec les bailleurs, privés et publics, les services de l’Etat, les élus, et les associations

Selon la présentation du sous prefet, le Loiret est un des départements les moins sinistrés de France avec un effort financier et des moyens humains et d’accueil considérables en augmentation d’années en année.(En gros de quoi se plaint on?)

En chiffre cela donne :

  • 942 places d’urgence y compris CHRS dans le Loiret( +34/2018)
  • 160 places supplémentaires pour la période hivernale(+30/2018)
  • 114 Places supplémentaires en cas de grand froid): la politique du thermomètre ….
  • 10% des demandes faites au 115″” ne sont pas pourvues et c’est un des meilleurs taux de France.(En gros,si t’es un homme en bonne santé,tu seras juste pris en charge en période de grand froid)
  • Une bagagerie pour 40 personnes rue de la vielle monnaie ( casier disponible depuis le 12 novembre)
  • Une pension de famille avec 25 places doit être ouverte en décembre a Chécy, Gérée par PASSERELLE 45 association régie par la loi de 1901, déclarée en préfecture du Loiret (publication au J.O. du 13 juillet 2002), elle a son siège social au 170 allée du Kiosque 45770 Saran. Elle se prépare à l’ouverture (au plus tard en décembre 2019) de sa résidence accueil sur la commune de Chécy en lien avec les Résidences de l’Orléanais.

 

Nous avons regretté l’incapacité des collectivités à se mettre autour de la table et chacune de ne regarder qu’au seuil de sa maison et de se renvoyer la balle… en l’occurrence un humain en souffrance,un migrant non accueilli,Un MNA qui va avoir 19 ans,un jeune sorti des dispositifs de l’ASE à 18 ans,une famille expulsée…

Sur les critères:

  • A part celui de l’homme en bonne santé qui est voué à la rue et sera pris en charge quand enfin,il ne sera plus en bonne santé (si vous voyez l’absurdité du système),il n’ y a aucun critère d’âge pour les enfants qui son tous accueillis et hébergés de 0 à 18 ans en priorité SAUF si y a plus de places(Ce que l’on appelle un système pervers)
  • Il faut appeler le matin pour réserver une place au 115 car “celui qui se présente le premier est le premier service”(je cite le sous préfet) sauf le gars en bonne santé.

En gros,celui ou celle qui est tellement cassé(e) par la vie,par une nuit de souffrance,isolé(e) et dont le moyen de communication serait défaillant qui se manifestera trop tard ne sera pas pris en charge!

On a rappelé que nous étions aussi et surtout là pour parler justement des plus fragiles

Yves a représenté le projet “Mobil-homme”(Habitat provisoire intermédiaire avec accompagnement social) qui pourrait convenir à ces personnes ; ce projet est soutenu par tous

EXPULSIONS LOCATIVES

Le nombre est en hausse: 207 réalisées en 2019 contre 171 en 2018 et moins qu’en 2017 (256). Le rôle de la commission des préventions a été souligné. La CNL, régulièrement, accompagne des familles en difficultés auprès des bailleurs afin de trouver des solutions.

Pour les associations organisatrices du rassemblement le 31 octobre 2019 et qui ont été reçues en Préfecture, il ne faut baisser la garde et poursuivre la mobilisation

La maraude du Colibri (Yves BODARD) – Les Mains Tendues (Denis PETITJEAN) – Au Coeur de la Rue (Annick BERNEAU) – La CNL (Michel RICOUD)