Alors que les personnes et les familles à la rue ne cessent d’augmenter , que celles et ceux que l’on jettent à la rue le matin à 8h après avoir été hébergés durant la nuit …. avant que celles et ceux-ci ne rappellent le soir à le “115” afin de savoir si elles ou ils pourront être hébergés sont de plus en plus nombreux, oui il faut appeler à la mobilisation et demander aux services de l’Etat de décréter l’Etat d’urgence sociale.

A partir de 8h le matin, combien de familles se retrouvent à la rue avec les enfants, errant de centre commercial en centre commercial pour être un peu au chaud ?

Les associations “Les Maraudeurs de la rue”, “Au coeur de la rue” et la CNL, suite au rassemblement du vendredi 14 décembre, seront reçues début janvier 2019

Autre problème, la question des expulsions locatives. D’après les dernières informations en notre possession, le nombre d’expulsions locatives pour 2018 serait de 171 (bilan provisoire). Certes, nous nous réjouissons de la baisse par rapport à 2017 ( 256). Le rôle de la commission de prévention des expulsions locatives (la CCAPEX) n’est pas étranger à cette baisse. La CNL intervient également en accompagnant les locataires en difficulté auprès des bailleurs. Néanmoins, c’est encore un chiffre trop élevé. Comme la CNL le dit et le répète depuis des années, il ne doit pas y avoir d’expulsions sans relogement ou hébergement avec, suivi social quand cela est nécessaire. Tous ceux et touts celles qui ont l’humain au coeur ne peuvent pas, ne doivent pas rester sans réagir.