Délibérations “FINANCES”- n° 6, 7 ( compte administratif) et 8

Intervention de Michel RICOUD, qui au nom des élu.e.s PCF – Front de Gauche, a reconnu la bonne gestion de la ville, comme indiqué ces dernières années, avec un endettement maîtrisé. Même si le rapport de la Chambre Régionale des Comptes signale certains dysfonctionnements et une certaine réticence de la majorité municipale à transmettre tous les documents relatifs à la gestion de la Ville, à tous les élu.e.s. Nous avons également souligné notre accord avec les projets importants comme le Centre nautique de la Source, CO’MET, le MOB et le projet nautique à la place de l’ancienne prison. Ce sont de gros investissements qui vont générer des emplois. C’est certain. Néanmoins, comme l’indique le rapport de la Cour des Comptes, le taux de pauvreté de notre ville est de 19,7 % ( 10.000 orléanais.e.s sous le seuil de pauvreté). Et cette dure réalité est passée sous silence par la majorité municipale. Quant à la fiscalité, Orléans est au-dessus des villes de même importance (la strate).

 

Délibération n°9 : Finances : Loi de programmation des finances publiques.
Approbation du contrat à passer avec l’Etat.

Intervention de Dominique TRIPET : Concernant cette délibération, nous allons dire notre désaccord absolu avec ce contrat. En effet l’Etat par l’article 13 de la loi de janvier 2018, demande aux collectivités territoriales de contribuer à l’effort de réduction de déficit public et de maîtrise de la dépense publique.

A cela rien de nouveau, chaque année depuis le gouvernement Sarkozy, ce qu’a poursuivi avec une constance terrible pour notre pays le gouvernement Hollande, les baisses de dotation aux collectivités territoriales vont bon train. Sous le gouvernement Macron, rien de nouveau, cela se poursuit. Pourtant, lui est en train de demander aux collectivités territoriales de passer des contrats avec l’Etat pour que leurs dépenses ne progressent pas de plus de 1,2 par an, tandis que comme l’indique le tableau dans cet article 13, chaque année, les dotations vont continuer à baisser de 2,6 milliards d’€.
L’Etat continue à se désinvestir de ses missions, et nous le voyons chaque jour partout au niveau des services publics, que ce soit La Poste, les Hôpitaux, EHPAD, voies de chemins de fer, etc… tout en laissant le choix aux collectivités territoriales, avec moins de moyens bien sur, de prendre le relais, mais en plus en les mettant sous tutelle par ce contrat, puisque les collectivités territoriales s’engagent donc chaque année à ne pas faire progresser leurs dépenses de plus de 1,2%…
Nous marchons sur la tête depuis de nombreuses années, et alors qu’à chaque fois nous avons l’impression que nous avons touché le fond, et bien non, cela continue… Jusqu’à quand ?
Pour nous, ce n’est pas possible. Nous disions notre désaccord sur les baisses de dotation sous les gouvernements Sarkozy et Hollande, nous disons aujourd’hui non à cette mise sous tutelle des collectivités territoriales.
Car si par malheur, une collectivité dépassait ces 1,2%, alors gare à elle, l’Etat exercerait une « reprise » sur dotation, tandis que pour les bons élèves, signataires d’un contrat et respectant les objectifs, il pourrait leur accorder (aux communes et établissements publics de coopération intercommunale), une majoration du taux de subvention pour les opérations bénéficiant de la dotation de soutien à l’investissement local.
Et je ne doute pas que nombre, et je ne parle pas là d’Orléans en premier lieu, tailleront allègrement dans les dépenses sociales en premier lieu.
Pour nous, c’est NON !

 

Délibération n°6 ou 12 : Finances. Reversement du solde de clôture 2017 du budget annexe Parc Floral à Orléans Métropole.

Intervention de Dominique TRIPET : C’est avec surprise, mais aussi satisfaction que je vois qu’il y a un excédent de 800 000€ au budget annexe du Parc Floral. Ce qui va étayer la suite de mon propos, pour tenter d’en grappiller quelques miettes pour un événement que le Parc Floral a décidé de purement et simplement supprimer, pour la seconde année consécutive, je crois.

Je m’explique. Nous sommes nombreuses et nombreux ici, à être parents, voire grands-parents. Lorsque je suis arrivée à Orléans, il y a maintenant 20 ans, l’une des sorties qui m’était vantée comme quasi incontournable au niveau des enfants, était la chasse aux œufs les dimanche et lundi de pâques au Parc Floral. Chasse aconfessionnelle, païenne s’il en est, et qui débutait souvent les saisons du Parc floral.
J’y ai, comme nombre, emmené mes filles.

Cette année, c’est mon petit fils que j’ai voulu emmener au Parc Floral pour cette chasse aux œufs. Et stupeur et déception, j’apprends, alors que je me suis fait un devoir d’en payer l’entrée, que cela n’existe plus, qu’il y a une simple tombola qui chaque heure va désigner quelques gagnants ou gagnantes, mais qui devront tous et toutes démontrer, pièce d’identité à l’appui, qu’ils ou elles sont majeurs.

Restupeur et redéception !

Alors que le parc floral est reconnu comme le plus grand et plus beau parc du Loiret, que nombre de villes, parcs dans notre département développent pour ces deux jours ces chasses aux œufs pour les petits, et bien nous, nous les supprimons. Certes ce jour-là, la serre aux papillons était ouverte, certes le petit train fonctionnait aussi, certes, les enfants avaient la possibilité de se faire peindre des masques sur le visage, ou bien de flâner du côté de la ferme aux animaux, mais tout de même cela n’a rien à voir, tout cela, ils pouvaient le faire un autre jour.

Aussi, je pense que vous me voyez venir pour l’année prochaine, grappillons quelques miettes de ces 800 000€ pour que ces deux jours redeviennent des jours de fête pour les enfants, leurs parents ou grands-parents !

Que le Parc Floral soit désormais intégré à la Métropole ne change rien. Et une action non mercantile à une semaine du salon des arts du jardin, cela équilibrerait grandement la fonctionnalité de ce si beau parc…

 

Délibération n°20 : Schéma directeur de mise en sécurité des Halles Châtelet.

Intervention de Dominique TRIPET : Je profite de cette délibération pour vous interpeller une nouvelle fois sur la circulation importante de voitures dans cette zone piétonne et qui à bien des égards ne respecte pas les piétons. Je crains qu’il n’y ait à un moment ou à un autre un accident.

Ce sont des zones piétonnes où des enfants, qu’ils soient en bas âge ou non, devraient pouvoir marcher sans que leurs parents ne soient sans cesse en alerte quant au passage intempestifs et souvent nerveux de voitures de particuliers ou de fourgonnettes d’entreprises.

De même sur les bords de Loire, où désormais le stationnement sauvage a repris, autant sur les pavés que sur la piste cyclable. Alors sans mettre un gendarme ou un policier derrière chacun ou chacune, peut-être qu’un rappel au règlement avec distribution de message de sécurité ou une première opération sans verbalisation pourrait peut-être rappeler les usages des zones piétonnes.
Délibération n°21 : Développement commercial, ouverture dominicale des commerces, demande d’extension de la zone touristique

Je crois que vous ne serez pas surpris de notre vote, pour nous ce sera NON.

Non parce que les salariées majoritairement des femmes, ne verront pas leurs salaires progresser en rapport au travail de cette journée dominicale qui devrait être consacrée à la vie personnelle et/ou de famille. Non, parce que celles qui vivent seules et ont des enfants se retrouveront devant un problème de garde d’enfants : quelle nourrice acceptera de garder des enfants le dimanche sans être rémunérée à double salaire ? Et par conséquent à se retrouver à devoir travailler le dimanche, le volontariat ayant fait long feu depuis longtemps comme argument, alors que les salarié.e.ss seront encore plus démunies en fin de mois.

Car malgré les quasi galéjades prétextant la base du volontariat, ce jour-là, j’aimerai savoir où est le volontariat quand vous avez des CDD renouvelables tous les 6 mois, même pas à temps complet et que pourtant votre salaire, même incomplet lui aussi sert à faire vivre votre famille, et n’est surtout pas un revenu de complément.

Ce revenu de complément dont on gratifie trop souvent l’emploi féminin, ou celui des étudiants… Cachant par là, les situations précaires que vivent les unes et les autres. Et comment dire non, quand justement vous êtes précaires et que vous avez BESOIN de cet emploi pour vivre ?

Le dimanche pour nous doit rester un jour où chacun et chacune doivent pouvoir se reposer, et vaquer à d’autres occupations que celles de rapporter encore de l’argent à des actionnaires comme ceux de Carrefour qui continuent à toucher bénéfices et dividendes, tandis que des magasins ferment, et que des centaines de salarié.e.s sont licencié.e.s. Il y a un moment où l’éthique doit avoir droit de cité !

Ce sera donc pour notre groupe, un grand NON pour cette délibération
Délibération n° 24 : charte pour la citoyenneté européenne

Nous avons voté cette délibération tout en soulignant notre inquiétude quant à l’Europe actuelle, marqué par des politiques d’austérité, et, pour certains pays, et anti-migrants. Nous avons une autre conception de l’Europe, une Europe des peuples, du mieux-être pour tous les peuples, une Europe de la fraternité, de la coopération: UNE EUROPE A VISAGE HUMAIN.

Délibération n° 26 : Dotation de Solidarité Urbaine et de Cohésion sociale

Michel RICOUD a profité de cette délibération pour dire tout le bien qu’il pensait du rapport présenté par J.L BORLOO, qui n’est pas un homme de gauche, rapport travaillé avec des associations et des maires de villes en difficulté, de toutes les sensibilités. Rapport rejeté par E. MACRON.

Délibération n° 31 : Exploitation d’un food bike à l’Ile Charlemagne

Michel RICOUD a émis le souhait que durant l’été 2018, l’Ile Charlemagne ne soit pas polluée et confrontée aux problèmes récurrents d’algues. Il est utile de rappeler que cette base de loisirs est très appréciée et fréquentée par des familles de la Métropole qui ne partent pas en vacances. Réponse d’O. CARRE: “ Non aussi on l’espère. Mais d’importants travaux sont nécessaires qui seront réalisés dans le cadre du plan “Loire”.

Délibération n° 34 : Compostage.

Michel RICOUD est intervenu à ce propos afin de savoir si toutes les demandes émanant des habitants de la Source et d’ailleurs étaient satisfaites. Réponse: “Oui. Et il faut que les habitants fassent leur demande dans les mairies de proximité”. A suivre…

Délibération n° 37 : Ravalement de façades

Toujours notre abstention car tous les propriétaires n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour faire face aux dépenses de travaux.

—————–

Et pour finir une question écrite du FN qui remettait en cause la légalité de la création d’un carré musulman dans le nouveau cimetière de La Source !