Les élu.es Front de Gauche –PCF ont le plaisir de vous transmettre le compte-rendu de leurs intervention présentées lors de la séance du conseil municipal d’Orléans du mois de janvier 2018.

Délibération n°6 : planification. Plan local d’urbanisme communal. Révision du PLU, débat sur les orientations générales du projet d’aménagement et de développement durables.

Une intervention en 4 points, suite à la présentation de ce nouveau PLU :

Concernant Orléans, ville universitaire, pôle d’excellence, à quand 1 CHU à Orléans, pour son rayonnement ? Une étude du CESER, démontre bien que les professionnel.le.s de santé s’établissent souvent dans un rayonnement proche de l’endroit où ils et elles ont fait leurs études, s’étant créé.es ainsi tout un réseau à solliciter en cas de besoin, pour le suivi de leur patientèle. A l’heure où Orléans subit de façon dramatique une pénurie exponentielle de médecins et autres soignant.es, cela permettrait en plus de toutes les autres mesures qui devraient être prises, dont la fin du « numerus clausus », de proposer des solutions à cette crise.

Concernant la construction de logements neufs, nous lisons avec satisfaction que ce seront 500 nouveaux logements par an qui seront construit à Orléans. Cependant, combien de logements sociaux sur ces 500 logements neufs. De plus, je vous relaie ici, l’inquiétude de locataires de l’Argonne, dont les immeubles vont être démolis. Si nous ne doutons que l’information soit faite, même en réunion publique, compte-tenu de ces inquiétudes, il serait bien qu’une démarche individuelle envers chacun de ces locataires soient faites. Sachant que certain.es ne savent pas encore où ils et elles vont être relogé.es, mais que majoritairement ils et elles souhaitent être relogées sur ce quartier, et même être prioritaires pour intégrer les nouvelles constructions envisagées dans ce secteur.

Dans votre présentation, vous voulez faire d’Orléans, une ville des services. Pour notre part, il manque un mot à cette ville des services, c’est celui de « publics », à l’heure où nombre de bureaux de postes sont menacés de fermeture, que des habitant.es protestent et luttent pour maintenir leur présence sur le territoire de notre commune. Car pour une ville des services, lorsqu’il faut prendre un RDV via internet pour être reçu à la CAF, à la Préfecture, que bientôt nos impôts ne pourront plus être déclarés que par internet, et tant d’autres services qui disparaissent ou sont attaqués, il nous semble que nous devons mener une véritable bataille pour que nos services publics ne ferment pas un à un, et ne pas se cacher derrière un vocable qui masque la réalité.

Enfin, concernant le développement des modes de déplacements doux, encore une fois, nous reitérons la demande de véritables pistes cyclables, dignes de ce nom, en site propre partout où cela sera possible. Vous évoquiez le « pedibus » pour conduire les enfants à l’école, il existe également le « cyclobus », à condition de s’en donner les moyens, de ne pas privilégier des places de parking partout, même devant des maisons où chacun.e a déjà son garage privatif. L’intérêt commun, collectif, à privilégier, plutôt que l’interêt privé, personnel.

D’ores et déjà des réponses quant à nos interpellations :

1. Il n’y aura pas de CHU à Orléans, à l’heure où le gouvernement trouve qu’il y a déjà trop de CHU sur notre territoire national et s’apprête à fermer des facs de médecine. Par contre, il est possible de travailler avec la FAC de Tours afin que des formations terminales soient dispensées à Orléans, souvent faites par télé-enseignement, ou visioconférence, elles pourraient être suivies de notre ville par de futur.es professionnel.le.s de santé. Orléans pourrait ainsi rentrer dans une chaîne de formation intégrée. A signaler, puisque révélé par O.Carré, sur sa demande, le doyen de la faculté de médecine de Tours, a siégé au dernier conseil de surveillance du CHRO, ceci afin qu’il puisse prendre connaissance de la situation vécue tant au CHRO que sur notre territoire, avec bien évidemment une notion de partenariat à construire avec la FAC. A suivre donc…

2. Il y aura à chaque fois entre 15 et 18/% de logements sociaux dans tous les programmes de constructions de logements neufs. Concernant les inquiétudes des locataires dont le logement va être démoli, réponse de Mr Leloup : la majorité des locataires ont déjà emmenagé dans d’autres appartements, restent que quelques cas isolés de familles très nombreuses, avec actuellement un manque de grands logements pour les accueillir, mais une vigilance quant à cela. Cela se fera et bien nous dit Mr Leloup, avec bien entendu une priorité pour regagner le quartier de l’Argonne pour celles et ceux qui logé.es dans d’autres quartiers à l’occasion de ces démolitions souhaitent revenir dans leur quartier d’origine.

Pas de vote ici, c’était un débat sur les orientations générales.

 

Délibération n°8 : Action foncière quartier St Marceau, acquisition d’un ensemble immobilier pour l’aménagement d’une Maison de Santé

Prenant connaissance de tout ce dossier, nous notons qu’il y aura en plus de l’installation d’une nouvelle MSP, la construction de logements mais aussi l’ouverture d’une crèche. Premières questions, combien de logements et combien de nouvelles places de crèches ?

Concernant la MSP, nos interrogations rejoignent le débat déjà eu sur Orléans pôle universitaire et pour quoi pas CHU ? Si nous notons que pour la MSP St Marceau, des formations intégrées y auront lieu à destination de médecins en formation terminale, reste que pour l’instant, les Maisons de santé ne trouvent pas de médecins pour les intégrer et que pire certains les désertent, comme à La Source.

Par ailleurs, est-il normal également que le CHRO, par souci d’économie financière privilégie des hospitalisations de courtes durées, renvoie ensuite à domicile et demande au patient de se débrouiller seul pour mettre en place le suivi médical ? Nous pensons notamment au cas de femmes enceintes, ayant une grossesse à risque et donc pathologique, se retrouvant à devoir appeler des listes de praticien.ne.s, sans solutions pour la mise en place du suivi, puisque elles/eux aussi ont déjà leur patientèle, et sont également débordé.es ?

Réponse d’A.Leclerc : c’est une entreprise privée qui va construire une crèche d’environ 30 places, mais la Ville compte bien réserver 15 à 20 places.

Réponse d’O.Carré, qui déclare, ne pas être médecin et ne pouvoir donc se prononcer sur les cas évoqués, sinon que le CHRO reste le dernier recours en cas de difficulté de parcours de soins. Il réitère ce partenariat qu’il compte mettre en place, via des formations terminales, et/ou intégrées dans les MSP. Les MSP ne sont pas les solutions à la pénurie de médecins, mais une solution. Il se déclare très attentif à cela, comme il l’avait fait dans la presse en décembre… A suivre…

Nous avons voté pour cette délibération.

 

Délibération n°13 : Evénementiel – Fêtes de Jeanne d’Arc, convention à passer avec l’Association Orléans Jeanne d’Arc.

Voilà longtemps que nous ne nous étions pas exprimé.es sur les fêtes de Jeanne d’Arc, il faut bien que je m’exprime aujourd’hui.

Je vous soumets juste cette lecture concernant le comité chargé de faire le choix chaque année d’une jeune fille représentant Jeanne d’Arc.

« Sous la Présidence de Mr le Maire, il est composé de Monseigneur l’Évêque ou l’un de ses représentants, du Colonel commandant la place d’Orléans, ou l’un de ses représentants, de l’association Orléans Jeanne d’Arc (Présidente Bénédicte Barranger), de l’association « Jeanne d’Arc, son étendard, son message » (Président Bertrand Deshayes)… »

Je vais m’arrêter là dans ma lecture de la convention, mais tout de même il n’y a rien qui vous choque ? Des hommes majoritairement pour choisir une JF ?

Réponse de O. Carré : Je vois très bien où vous voulez en venir Mme TRIPET, je n’avais jamais fait attention qu’il y eut autant d’hommes. Cependant, il me semble que dans l’organisation de tout cela, il y a majoritairement des femmes avant le choix en comité… » Ma réponse « CQFD, le stéréotype même de ce que je dénonce ici, appliqué un peu partout et pas que dans cette association, des membres dirigeants hommes font des choix, tout le travail en amont est effectué par des femmes, que ce soit dans des CA, CD, CR, Agglo etc, mais elles n’ont pas de pouvoir décisionnaire…