Compte-Rendu des Interventions du Groupe Front de Gauche
en Mairie d’Orléans du Lundi 21 mars 2016

 N’hésitez pas à réagir, à commenter, à critiquer ou à proposer. Les élus du Front de Gauche sont à votre écoute et à votre disposition pour vous défendre et agir avec vous. Nous tenons comme à “la prunelle de nos yeux” à cette manière de procéder. Nous sommes des élus à votre service et nous devons vous rendre des comptes.

Délibérations n° 6, 7 et 8 sur la politique handicap menée par la mairie d’Orléans :

Intervention de Michel RICOUD qui a indiqué qu’il existait une insuffisance de constructions de logements sociaux dédiés aux personnes handicapées. Également, les demandes de travaux (exemple : le remplacement des baignoires par des douches) sont trop longues à se concrétiser.

Intervention de Dominique TRIPET : Evidemment, en matière de politique d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap, on peut choisir de regarder le verre à moitié, ou le verre à moitié plein. Pour notre part, le constat est fait, il nous faut maintenant avancer et ne pas en rester au constat, c’est un défi pour notre société.

Cependant et même si la municipalité d’Orléans, n’est pas directement responsable de cet état de fait, nous dénonçons les délais absolument inacceptables de traitement de dossier pour reconnaissance de handicap par la MDPH, plus d’une année pour qu’un dossier arrive en commission, et encore ne faut-il pas qu’il y ait la moindre erreur dans ce dossier, sinon, les rectifications demandent une année supplémentaire. Est-il normal qu’il faille attendre plus d’une année pour obtenir par exemple une carte “Handicapée” ? Est-il normal d’attendre plus d’un an pour avoir une reconnaissance travailleur handicapé, et de même pour avoir une allocation adulte handicapé ?

Et en attendant que font les personnes en situation de handicap, si leurs droits ne leur sont pas reconnus et qu’elles sont ainsi mises en attente ? Comment font-elles lorsqu’elles n’ont pas de famille pouvant les héberger ou les épauler ? Ce n’est pas normal.

Enfin, une attention particulière doit être apportée, en plus de tout ce qui a été dit lors de l’exposé et de ce qui est prévu, aux enfants atteint d’autisme et à leur scolarisation. Il faut plus de personnels formés, et qu’aussi la machine « éducation nationale » puisse les accueillir sans préjugé aucun. L’autisme a différents degrés, et chaque cas est particulier. De nombreuses familles souffrent de stigmatisation et cela ne doit pas perdurer dans une société dite “inclusive”.

Réponse d’Alexandrine Leclerc concernant la MDPH : Il existe bien un problème avec la MDPH. Depuis que nous avons été élus (au Conseil Départemental), nous avons demandé un audit, qui révèle entre autres qu’il manque trois médecins sur les 6 qui devraient exercer dans ce service. Nous travaillons à ce que les choses aillent plus vite. Note des élus FDG : rien sur tout simplement le manque de personnel autres que médecins dans ce service !

 

Délibération n° 9 sur la fixation des taux d’imposition pour 2016 :

intervention de Michel RICOUD qui a déclaré que, en effet, les taux d’imposition n’augmentent pas. Ce qui n’est pas le cas pour les tarifs des services municipaux. Dernier exemple en date: l’élargissement de la zone de stationnement payant qui provoque le mécontentement de nombreux orléanais. Certes, les élus du Front de Gauche sont conscients que la baisse des dotations aux collectivités entraîne des difficultés aux collectivités. Mais ce n’est pas aux citoyens de payer “les pots cassés”.

Pour revenir sur l’action menée sur la Source, depuis des années, pour la justice fiscale dans ce quartier, Michel RICOUD, une fois encore, est intervenu pour exiger l’application du jugement du 30/12/2009 : coefficient de situation général à -0,10.

Un élément nouveau doit permettre d’avancer sur ce dossier: le constat établi le 31 juillet 2015, par le sénateur Jean-Pierre SUEUR et par le directeur-général des Finances publiques, Philippe DUFRESNOY sur la situation réelle à la Source, notamment sur le nombre de commerces fermés (16 de 2008 à 2015), les friches (INSEE, EDF, la crèche LAVOISIER, les Ombrages, la piscine découverte), etc. “C’est aux services de l’Etat de prendre leurs responsabilités” a déclaré publiquement Michel MARTIN, Maire Adjoint aux Finances.

Les élus Front de Gauche et un élus PS se sont abstenus.

Rappelons la position “courageuse” du Secrétaire d’Etat au budget, Monsieur Christian ECKERT, indiquant dans un récent courrier que c’est la CCID de régler cette question. “C’est la coutume” a-t-il dit. Donc la coutume primerait la loi. Bravo et merci Monsieur ECKERT !

 

Délibération n°18 sur le culture, Jazz à l’évêché :

Intervention de Dominique TRIPET : Bien évidemment, nous sommes favorables au vote de cette délibération.

Cependant nous regrettons qu’Orléans Jazz, manifestation culturelle faisant rayonner Orléans autrement que par les fêtes folkloriques autour de Jeanne d’Arc n’ait lieu que tous les deux ans. C’est mieux que rien mais pour autant ?

A moins que vous nous réserviez des surprises via le jumelage avec la ville chinoise de Yangzhou. Pourrions-nous imaginer par exemple et pour commencer, après la célébration du nouvel an chinois, un rapprochement entre les luttes de Jeanne d’Arc et celle de Hua Mulan, l’une et l’autre ayant revêtu habit d’homme et armures pour combattre l’envahisseur.

Un autre rayonnement, qui revivifierait historiquement ces fêtes en y associant bien d’autres héroïnes. Et en quoi cela serait impossible quand nous sommes capables de le faire pour des bateaux ?

 

Délibération n°26 sur Culture du Coeur :

Intervention de Dominique TRIPET : Belle idée, belle délibération que nous voterons, mais nous regrettons comme l’année passée que cela soit aussi peu connu sur Orléans. Et pourquoi pas l’objet d’un article et rappel régulier dans Orléans Mag ? Merci.

Pour rappel, il s’agit d’aides accordées via des places gratuites, pour assister par exemple, à des tournois et concerts. Places données par le CCAS d’Orléans à des jeunes qui n’ont pas les moyens (ou leurs parents) de s’offrir ces loisirs.

 

Délibération n° 33 sur l’urbanisme et le ravalement des façades :

Les élus Front de Gauche se sont abstenus, comme à chaque séance, sur cette délibération. Tous les propriétaires ne sont pas sur un pied d’égalité pour réaliser ce type de travaux.

Délibération n° 34 sur le rattachement de l’OPH d’Orléans (Les Résidences de l’Orléanais) à la Communauté d’Agglomération :

Intervention de Michel RICOUD : Nous sommes opposés à cette délibération. En effet, cette décision est liée à la loi NOTRe. Les risques sont réels :

– éloignement des locataires des centres de décisions. Quelles conséquences pour les personnels de l’OPH (Les Résidences de l’Orléanais) ?

– c’est la gouvernance du monde HLM qui est en cause, avec à moyen terme l’éclatement du monde HLM.

– le tout sur fonds de désengagement de l’Etat dans le domaine du logement social. Cela fait des années que le logement n’est plus une priorité nationale.

Michel RICOUD a émis un vœu: que ce rattachement permette de construire plus de logement dans les communes “hors la loi” qui sont loin des 20% (loi SRU). Un voeu pieux ?

Les élus Front de Gauche ont été les seuls à voter contre cette délibération.

 

Délibération n°37 sur la mobilité et stationnement :

Intervention de Dominique TRIPET : Il s’agit donc là, d’ajuster une grille tarifaire à laquelle nous nous sommes opposés en janvier dernier, comme nous nous sommes opposés à l’extension de la zone de parkings payants en centre ville.

Cela a, comme prévu, provoqué de grands remous de mécontentement.

Encore une fois, nous disons non à cela, et proposons encore une fois, une autre et nous continuerons à chaque fois que ce sera possible, que d’autres mesures soient prises comme la gratuité des transports, alors que nous avons l’un des coûts de ces transports les plus chers de France. Avec maintenant le coût des parkings.

Pourquoi ne pas mettre de l’argent là où cela servira à tous nos concitoyens, sans discrimination aucune.

Au lieu de cela c’est :

– Renforcement de la police des transports à des fins de contrôle des billets et donc des profits de Kéolis, plutôt qu’à la sécurité des Orléanais,

– Campagne de pub pour notre part, sacrément honteuse, faisant passer celles et ceux qui n’ont pas pris de titres de transports pour des écervelé-e-s cherchant à se donner le grand frisson, ou bien qui ne pensent pas, les imbéciles … Quand est-ce que sera prise en compte la situation sociale de nos concitoyen-ne-s plutôt qu’encore une fois dépenser de l’argent à ce type de campagne

– Et puisque nous parlons pub, laissez-nous vous dire combien nous avons été surpris de voir un groupe assurantiel faire sa pub en grand, tant sur le réseau tram que bus. A moins d’envisager qu’avec le CICE, la part transport versée par les employeurs et cette publicité, cela ne fasse enfin un autre mode de déplacement, gratuit, dans notre ville, plutôt que de faire de nouveaux parkings au coût exponentiel.

Ce qui n’est bon pour personne, quelque soit son âge ou sa fonction.
Pour nous, c’est encore NON.

 

Question Orale sur le passage en Communauté Urbaine :

Monsieur le Maire, Mes Chers Collègues,

Lors du séminaire qui a eu lieu le 26 février dernier au centre de conférence de l’Agglo, et qui a eu pour thème le passage en Communauté Urbaine, et même en Métropole, puisque cela a été évoqué, de nombreuses questions ont été posées quant à ce changement important et qui va impacter la vie de nos concitoyens.

Changement qui va remodeler en profondeur le champ des compétences des communes de l’Agglo, et qui s’il n’est pas obligatoire, ce changement, ne pourra pas faire l’objet de retour en arrière, c’est à dire en communauté d’Agglo, une fois qu’il aura été acté.

Ces possibles transferts de compétences actuelles des communes sont celles de l’eau potable, de la voirie, du PLU, comme sur certaines installations sportives et culturelles. Ce qui bouleverserait le cadre de vie de nos concitoyens.

Toujours lors de ce séminaire, nous avons entendu parlé de « projet partagé »,avec des citoyens qui devaient être au coeur de celui-ci. Lorsque nous écoutons nos concitoyens, c’est de logement dont ils nous parlent, d’accès aux soins, d’emploi, de problèmes avec les collectes d’ordures ménagères, avec l’assainissement, leur besoin d’avoir un réseau de transport répondant à leurs attentes en termes de déplacement, et bien entendu, les coûts. Ils nous font part d’un besoin de proximité, ce qui l’exact contraire de ce projet de CU, une nouvelle structure plus importante les éloignant des lieux de décision.

Par ailleurs, plusieurs questions ont été posées, sans qu’il n’y ait eu de véritables réponses de donner, et notamment sur l’information de toutes les populations concernées quant à ce projet, ce que cela va clairement signifier pour elles, ainsi que leur possibilité de s’exprimer clairement à ce sujet et de pouvoir choisir en toute lucidité.

Par exemple, la CU récupérera la compétence de l’eau. Quel impact immédiat en terme de prix de l’eau et de l’augmentation qui ne manquera pas d’avoir lieu dès le passage en CU, pour nombre de nos concitoyens. En effet, qu’en sera-t-il des régies municipales qui pratiquent des tarifs moins élevés qu’à Orléans par exemple ?

De même pour la compétence de l’énergie ? Orléans toujours, applique une taxe facultative de 8% sur les factures, le plus haut niveau autorisé, via la taxe Finale de Consommation d’Energie tandis que la ville de Saran ne le fait pas, afin de ne pas impacter plus durement les factures de ses administrés.

Et encore avec le ramassage des ordures et des prix toujours à la hausse avec des services rendus moindres. Ce qui promet de s’aggraver en CU.

Enfin, qu’en sera-t-il des personnels, puisque la mutualisation signifie surtout réduction des services et compression du nombre des personnels.

Alors, nous avons bien entendus que la Communauté Urbaine c’est bien, que c’est moderne, qu’ailleurs c’est déjà fait et qu’il nous faut le faire, encore faut-il nous démontrer que ce sera un véritable avantage pour nos concitoyens ?

Car, qu’y a-t-il de moderne à augmenter les tarifs car il ne fait aucun doute qu’avec une ville d’Orléans hégémonique et quasi tentaculaire, les tarifs de l’eau et taxation sur l’énergie seront appliqués à l’ensemble de la CU. Qu’y aura-t-il de moderne à éloigner, car ce sera le cas, nos concitoyens des lieux de décisions que sera cette super structure ?

Encore une fois, nous ne sommes pas contre une coopération choisie et acceptée. Mais il est légitime pour se faire, que réponses soient apportées à nos interrogations et que les électeurs et électrices de chaque commune puissent se prononcer quant à cette transformation majeure de l’AgglO.