Compte-Rendu des Interventions du Groupe Front de Gauche
en Mairie d’Orléans du Lundi 22 Février 2016

Délibération n° 6 : Communication sur la sécurité et la tranquillité publique

Intervention de Michel RICOUD qui a rappelé que les élus du Front de Gauche ont toujours été attentifs à cette question qui touche la vie au quotidien des nos concitoyens. De plus, ce sont toujours les familles les plus modestes, notamment les locataires qui subissent les méfaits, en terme de rodéos, de squats, d’incivilités de conséquences au niveau des trafics de drogue.

Aujourd’hui, la délinquance et l’insécurité ont complètement changé. Des agressions violentes et autres véhicules brûlés, on est passé aux trafics de drogue qui pourrissent la vie de notre jeunesse.

Il faut donc, de notre point de vue, renforcer la prévention en moyens humains, notamment avec les éducateurs de rue, une police de proximité qui noue des contacts avec la population, et une vie citoyenne plus active qui travaille sur le “bien vivre ensemble”. Pas facile, certes, mais c’est pour nous le passage obligé.

Cette question ne doit pas être traitée de manière politicienne mais par le “travailler ensemble”, avec tous les élus et les associations qui doivent être sur le terrain par le dialogue avec les personnes, jeunes et moins jeunes, à la dérive.

Intervention de Dominique TRIPET : Je ne souhaite pas être redondante avec les différentes interventions qui viennent d’avoir lieu, notamment celle de Michel RICOUD. Aussi vais-je continuer sur deux autres thèmes. En effet, nous sommes heureux de constater que le nombre d’interventions pour Ivresse Manifeste est redescendue en réalité à 183, ce qui est bien loin des plus de 500 que vous annonciez en novembre dernier.

Cependant, plusieurs interrogations quant à ce sujet : Sont-ce 183 interventions uniques, avec à chaque fois des auteurs différents, ou bien dans ce nombre y a-t-il des personnes ayant été arrêtées à plusieurs reprises ? Ce qui étayerait notre propos, et qui comme le définit et reconnaît l’OMS, les addictions alcooliques sont bien une maladie qu’il convient de traiter bien autrement que par la répression. Mettre des moyens en terme d’éducateurs de rue, d’intervenants associatifs qui pourraient faire de la prévention, de la pédagogie et véritablement être des interlocuteurs si l’une des personnes conduites au poste de police en état d’ivresse souhaite, après avoir retrouvé toutes ses facultés travailler sur son addiction pour sortir de cette maladie.

Donnons donc des moyens aux associations qui œuvrent en ce sens plutôt que d’avoir une loi d’exception en notre ville. Vous annoncez en ces lieux que la ville fait appel de la décision du Tribunal Administratif qui a annulé cette délibération, et bien nous aussi nous continuons pour que la loi soit la même partout.

Concernant maintenant l’armement de la police municipale, dont nous apprenons à l’instant que 17 policiers sont déjà armés et que dès le 1er mars 20 autres le seront. Nous redisons notre profond désaccord quant à cette mesure. D’autant que pour en arriver là en juillet dernier ont été donnés différents arguments, dont les attentats chez Charlie, le fait que les policiers seraient des cibles et ne se sentiraient pas en sécurité, et que de plus, ce sont chez les policiers municipaux que l’on retrouve le plus d’arrêt maladie.

En juillet dernier, je vous répondais que nous étions toutes et tous des cibles potentielles, que ce n’était pas plus l’uniforme qui était visé que notre mode de vie. Les attentats de novembre m’ont donné horriblement raison.
A cela se rajoute, qu’étudiant le bilan social de près, je constate effectivement que ce sont les policiers municipaux qui ont le plus d’arrêts maladie.

Ce qui ne manque pas de nous interroger : Compte-tenu de toutes les missions nouvelles qui leur sont confiées, même hors champ de compétences ( Ivresse publique par exemple), ne craignons-nous pas de nous retrouver avec des agents en situation de burn-out et une conscience qui pourrait être modifiée pour analyser une situation de danger imminent avec les erreurs mortelles d’appréciation que cela pourrait engendrer ? Et même des suicides avec arme de service comme cela se produit chez certains de nos policiers ?

Enfin, les malfrats qui sont déjà armés et faisaient usage de leurs armes vont continuer à le faire, tandis que ceux qui avaient des armes mais ne les utilisaient que dans certaines circonstances (casses, agressions à mains armées…) risquent, sachant qu’ils peuvent se trouver face à une police municipale armée de garder leurs armes et d’en faire usage plus souvent ? Quid en ce cas de la sécurité et de la vie de nos concitoyen-ne-s qui risqueraient de se trouver au milieu de ces tirs croisés ?

Réponse : il y a plus d’agents en arrêts maladie, parce que les arrestations musclées, cela blesse, tandis que d’autres se blessent lorsqu’ils s’entraînent (SIC !)

Délibération n°10 : Événementiel, festivités du 14 juillet 2016

Intervention de Dominique TRIPET : Tout d’abord, nous voici un peu surpris de voir rangé la fête nationale du 14 juillet, dans la catégorie « événementiel ».

Et tout pareillement, après l’annulation l’année passée du bal du 14 juillet au profit d’un seul le 13 juillet au soir à la caserne des pompiers, un feu d’artifice passable aux dires des Orléanais et Orléanaises présentes ce soir-là, voici qu’à partir de cette année, il n’y aura plus qu’un seul feu d’artifice commun aux communes d’Orléans, St Pryvé St Mesmin et St Jean de la Ruelle.

Passée à la moulinette des économies, notre fête nationale du 14 juillet et son traditionnel feu d’artifice, mais aussi en filigrane, via la mutualisation, la continuation de la mise en place d’une seule commune qui engloutirait la communauté d’agglo pour laisser place à cette fameuse commune nouvelle que nous combattons fermement.

Enfin, il nous semble quand même incroyable, que ce soit sur le feu d’artifice du 14 juillet que soient faites des économies, qui pourraient être faites sur les fêtes de Jeanne d’arc, mais aussi le Festival de Loire.

Doit-on rajouter que la commune a été la première une création de la Révolution Française en décembre 1789, et que c’est là que s’exerce au plus près des citoyen-ne-s les lois de la République ?

Enfin, puisqu’il semblerait que cela gêne quelques-uns que le ciel de la France s’illumine de partout au soir du 14 juillet, pour les touristes qui viennent en notre pays, c’est bien cela aussi la France, et l’une des raisons pour lesquelles ils viennent chez nous, à Orléans comme ailleurs.

Une contre-révolution serait-elle en marche ?

Délibération n°25 : Action foncière: acquisition des anciens locaux de la “Vie Claire”.

Intervention de Michel RICOUD qui a fait part de la surprise des élus du Front de Gauche qui ont appris par la presse cette acquisition qui, de plus, coûte très cher à la Ville ( 1,1 millions d’euros)

Délibération n° 26 : Projet intra-mails – ravalement des façades

Comme à chaque conseil, les élus du Front de Gauche se sont abstenus, les propriétaires concernés n’étant pas tous dans la même situation financière.