Pour nous, élus communistes –Front de Gauche, la santé ne doit pas être une marchandise. Nous le disons depuis des années et ce qui se passe au CHRO d’Orléans confirme, malheureusement, notre analyse.
Le “traitement de choc”, comme le titre “ la République du Centre” du mardi 20 juin dernier, montre que ce sont les personnels et les malades qui vont faire les frais de cette cure d’austérité.
“Les personnels sont épuisés”
indique un représentant syndical et qui dit”personnels épuisés” dit répercussions sur les malades et les usagers.
Le CHRO comme tous les établissements de santé ne doivent pas fonctionner comme des entreprises. Ces établissements sont des services publics. Il est urgent de leur donner les moyens de fonctionner correctement.
Mais toutes les lois votées sous N. SARKOZY et F. HOLLANDE ont été à l’opposé de cette exigence.
Pourtant, des moyens existent pour répondre aux besoins et des personnels et des malades, notamment,la  lutte contre la fraude fiscale et l’évasion fiscale: 60 à 80 milliards d’euros.