Je fais mien le contenu du tract établi par les organisations syndicales SUD,  CFDT et CGT de l’Action sociale qui concerne le plan de licenciements qui touche l’AIDAPHI, avec des conséquences au niveau des familles en grande précarité: 400 seraient concernées.

Certes, je ne méconnais pas la question des fortes baisses des dotations de l’Etat que je condamne avec la plus grande fermeté. Et, comme je l’ai dit à plusieurs reprises au sein de notre assemblée départementale, ce sont les plus modestes, les plus fragiles qui trinquent. Pourtant, même avec cette diminution des dotations, il est possible de faire autrement et de prioriser les familles, les jeunes, les plus défavorisés. Ce n’est pas la direction que votre majorité a prise, lors du budget 2015, voté en décembre 2014. Une fois encore, je le regrette.

En conséquence, je demande l’organisation d’une rencontre entre les services de l’Etat, du Conseil général, les associations comme l’AIDAPHI et les organisations syndicales afin que ‘un solution humaine soit trouvée.

http://www.michelricoud.fr/wordpress/wp-content/uploads/2015/01/Aidaphi-Janv2015.pdf