A l’heure actuelle, le contenu du projet de loi sur le logement est vague et inquiétant à la fois. Les annonces et les rumeurs se multiplient. Le gouvernement repoussant même la présentation de la loi à la semaine prochaine.
Depuis la mise en place du nouveau gouvernement, les associations de défense des locataires et notamment la CNL, apprennent les informations au compte-goutte, à travers la presse, et et non plus directement du Ministère. C’est à dire le peu de cas que fait le gouvernement des représentants des locataires. Baisse de l’APL… puis baisse des loyers… Le tout à l’avenant !!

Dans ce contexte de mise à l’écart et de flou artistique, la CNL demande au gouvernement de réunir tous les acteurs du secteur avec la mise en place des Etats généraux du Logement. Il y a une réelle urgence à se réunir, ensemble, pour partager nos expériences, nos réflexions et nos propositions afin de construire le logement de demain.

Les récentes déclarations du gouvernement pointent du doigt le logement social, et semblent s’attaquent aux fondations du monde HLM. La stigmatisation du logement social, ligne directrice du nouveau gouvernement, doit cesser. Le modèle HLM français est un modèle envié au niveau européen. Pourquoi le remettre en cause ?

Rappelons qu’il y a en France 4 millions de mal-logés, 2 millions de familles en attente d’un logement social ( plus de 10.000 dans le Loiret, sur le plan régional, et en 2015, 48.000 demandes étaient en instance), 150.000 personnes privées de toit sur le plan national et 15 millions fragilisés par la crise ( impayés de loyer ou retard).

Dans un récent communiqué, l’USH – Région Centre Val de Loire, s’inquiète également des annonces gouvernementales. Dans ce communiqué, certains arguments développés rejoignent ceux de la CNL.

La CNL demande au gouvernement de réunir toutes les parties prenantes du monde du logement: associations, bailleurs, élus, organismes travaillent sur la question de l’hébergement, afin d’entamer une véritable concertation et de répondre, ensemble, à la crise du logement.

Pour la CNL, il est urgent de revenir à l’aide à la pierre, de faire en sorte que le logement social soit une priorité nationale… alors que tous les acteurs du logement le constatent et le condamnent, le budget logement en France va pour plus de la moitié vers le privé. Il faut également baisser les loyers mais avec, en face de cette baisse, des financements d’Etat permettant aux bailleurs d’invertir, d’entretenir, de construire.