Une manifestation, qui a réuni plus de 1200 personnes, a eu lieu ce samedi 19 mars 2016 à Pithiviers. Pour y dénoncer la fermeture prochaine de sa Maternité. Elus en tête. Un peu comme à chaque fois que sur nos territoires se révèlent tous les dommages collatéraux de leurs politiques successives, menées par les uns ou les autres. Les usagers, derrière, mais toujours en victimes expiatoires de leurs mauvais choix et politiques.

Pas un moindre paradoxe donc, de les voir ensuite défiler et se proposer comme force de résistance et de proposition devant leurs électeurs, qu’ils ont pourtant abandonnés sur l’autel des restrictions budgétaires et des politiques de santé, transformant les soins de santé en secteur marchand, géré comme une entreprise.

Dans une discrétion sans doute voulue, a eu lieu hier Lundi 21 mars, au CHR d’Orléans, une rencontre entre les responsables de l’ARS ceux des centres hospitaliers d’Orléans, de Gien et de Montargis, en présence de deux élus l’un Sénateur, l’autre Députée.

Mais des représentant-e-s des usagers, des personnels qui étaient à l’initiative de la révolte et de la belle manifestation contre la décision de la fermeture de la Maternité de Pithiviers : aucun.

Et pourtant l’enjeu est de taille autant pour les usagers que pour les personnels de santé à Pithiviers, à Orléans ou ailleurs. Concernant ces derniers, les uns pour la pérennité de leurs emplois, les autres pour la surcharge chronique de travail qu’ils vivent chaque jour, ne pouvant de toute façon pas absorber les plus de 500 naissances supplémentaires qu’occasionnerait la fermeture de la Maternité de Pithiviers. Sécurité avez-vous dit ?

A ce propos, la délégation militante avec laquelle je me suis rendue ce samedi dernier à Pithiviers, a mis plus de 40 minutes pour sortir d’Orléans et de son Agglo. Mettant ainsi plus de temps pour se faire, que pour parcourir la distance qui éloigne ces deux villes. On voit là, concrètement ce que cela va signifier pour la sécurité des femmes qui viendront accoucher à Orléans, et celle de leurs enfants à naitre.

Nous réitérons une nouvelle fois notre soutien plein et entier aux personnels, aux usagers, qui doivent IMPERATIVEMENT être partie prenante de toute discussion, échange et négociation quant à la survie de la Maternité de Pithiviers.

Ce sont leurs vies, leurs conditions de vie qui vont directement être impactées et ils doivent être de la table des négociations. Sinon à leur opposer ainsi une forme de condescendance, de mépris leur signifiant : Soyez des manifestations, signez des pétitions, mais laissez nous faire ensuite.

Pour nous, ce n’est pas ainsi que doit s’exercer la Démocratie.

Alors que vive La Maternité de Pithiviers !
Qu’elle continue à faire naître et vivre !
Mais qu’y soient associés les principaux intéressés lors de toute négociation et décision pour sa survie.

Les élus Front de Gauche d’Orléans, Dominique TRIPET et Michel RICOUD.