A Orléans, à quelques mois des élections municipales de 2020, la droite est divisée comme jamais. Pire, on apprend aujourd’hui que certains élus de droite vont constituer un groupe opposé à Olivier CARRE.

Que doit faire la gauche, dans son pluralisme, et, avec les associations citoyennes, pour gagner ?

De mon humble avis, il va falloir se rassembler, mettre de côté les questions d’égo et travailler, dans le respect des uns et des autres, en prenant bien en considération le fait que les citoyens-es sont de plus en plus méfiants par rapport aux élus et aux « politiques ». En effet, « la guéguerre » entre S. GROUARD et O. CARRE rejaillit sur tous les élus. Donc, il faut du pragmatisme, de l’humilité, beaucoup d’humilité et de l’écoute de nos concitoyens-es. Bien évidemment, les questions sociales et environnementales sont prioritaires. D’ailleurs, les élus PCF Front de Gauche au Conseil municipal d’Orléans portent ces questions essentielles depuis des années. Au conseil municipal, certes, mais aussi en dehors. Car être élu ce n’est pas seulement siéger une fois par mois en conseil municipal ou en conseil métropolitain et y faire des déclarations. Etre élu, c’est aussi et surtout être sur le terrain, avec les citoyens, les associations, travailler avec eux et elles, dans le respect, en laissant de côté ce qui nous opposent mais en agissant sur ce qui nous rassemblent, sur des sujets concrets. Par exemple, la question de la santé et du devenir de la MSP de la Source, des questions du commerce de proximité, de l’injustice fiscale qui touche la Source, du logement social et de la nette insuffisance de constructions (10.400 demandes de logement en souffrance), la question des sans-abris dont le nombre grandit et des 6000 logements vides dans notre ville, le fait que 23% de la population orléanaise vit sous le seuil de pauvreté, de l’emploi avec les menaces qui pèsent sur l’entreprise FAMAR ( 598 emplois), et bien évidemment, la gratuité des transports, problématique qui est reprise par certains élus et associations citoyennes. Oui, il faut faire de la politique autrement.

Sur toutes ces questions, nous agissons, proposons et intervenons. Concrètement, ne pas intégrer ces sujets dans les municipales de 2020, serait suicidaire.

Je propose donc que, très vite, toutes les forces de gauche et citoyennes, se retrouvent et décident d’organiser des rencontres avec les orléanais et les orléanaises dans tous les quartiers, pour construire le projet de la gauche rassemblée, avec les associations citoyennes, une gauche écologique, sociale et solidaire. Ensuite viendra le temps du choix de la tête de liste.