Cette information est passée presque inaperçue dans les débats sur les budgets 2016, au Conseil municipal d’Orléans, le lundi 14 décembre dernier, et au Conseil d’Agglomération, le jeudi 17 décembre 2015 : la mutualisation soutenue par tous les élus dans les deux collectivités, exceptés les élus PCF – Front de Gauche, entraîne des suppressions d’emplois, entre 1,9 et 2% des effectifs des deux collectivités, ce qui représente 75 emplois en moins. Ce sont des contrats non renouvelés et des départs en retraite non remplacés.

Derrière ces chiffres, ce sont encore des souffrances, des personnes qui se retrouvent au chômage. Et ce n’est qu’un début car la mutualisation va s’accélérer.

Pourtant, la mutualisation est présentée comme la solution imparable à la baisse des dotations gouvernementales en direction des collectivités. Quant aux dégâts causés en terme d’emplois, silence dans les rangs. Même le FN est pour !