J’ai lu avec beaucoup d’intérêt et d’attention la longue interview du maire d’Orléans Olivier CARRE dans le dernier numéro de “la Tribune Hebdo”.

Si le Maire d’Orléans, Président de la Métropole revient sur les prochaines municipales, sur l”affaire du Canard Enchainé”, ses projets, son bilan et ses désamours avec Serge GROUARD, il ne dit pas un mot, mais pas un mot, sur ces 21% d’orléanais et d’orléanaises qui vivent sous le seuil de pauvreté. Pas un mot sur ces 150 jeunes qui risquent de se retrouver à la rue fin août prochain, pas un mot sur les 6000 logements vides sur notre Ville, pas un mot sur les 10.400 demandes de logements sociaux en souffrance sur la Métropole. C’est affligeant. Une ville comme Orléans qui, c’est vrai s’embellit, ne doit pas laisser sur le bord de la route des familles en grande pauvreté.

C’est ce que fait Olivier CARRE et c’est attristant. Pour nous l’Humain d’abord, c’est un combat de chaque jour. Pas pour le Maire d’Orléans, Président de la Métropole.