Dans sa “lettre aux sourciens”, la section du Parti Socialiste de La Source a publié cet encadré auquel je tenais à répondre :

billet-ps-oct2016

On aurait pu espérer de la part des militants PS de La Source ou d’ailleurs, un peu plus de finesse ou de prudence pour évoquer la précarité, la pauvreté et les effets de celles-ci sur les citoyens de notre pays.

Les “vrais” pauvres, ou les “faux” pauvres ? Qui profite ou qui ne profite pas ?
Qui peut prétendre entrer dans ce faux débat ? Ce débat qui intéresse la droite et l’extrême droite ?
Ce débat qui divise et qui culpabilise les plus démunis.
On croit rêver ou plutôt cauchemarder en lisant votre billet d’humeur.

Le gouvernement Hollande-Valls entraîne depuis bientôt 5 ans la majorité des citoyens dans la pauvreté et la précarité sans aucun état d’âme. Il démantèle les services publics, renonce à tous ses engagements ; engagements qui, rappelons-le, lui ont permis d’accéder au pouvoir.

Qui parle de solidarité aujourd’hui ?
Celles et ceux qui sont sur le terrain tous les jours aux côtés de ceux qui trinquent le plus des conséquences de la politique gouvernementale ou ceux qui observent sans bouger la déchéance de la gauche ?

Pour les militants communistes PCF – Front de Gauche de la Source


 

Voici la réponse qui m’a été apporté par Michèle Bardot, secrétaire du PS La Source, le 8 novembre 2016 :

Pour reprendre la formule utilisée, on aurait pu espérer de la part des militants communistes PCF – Front de Gauche de la Source, un peu plus de discernement, de recul, à la lecture du billet d’humeur paru dans notre dernière Lettre aux Sourciens.

Est-il utile de rappeler qu’il s’agit d’un billet d’humeur ?

Nous y parlons de repli sur soi, d’égoïsme, de manque de solidarité face à toutes les misères qui nous entourent, face aux réfugiés desquels tant de gens disent « on n’en veut pas », nous évoquons la part non négligeable de la population qui ne peut bénéficier des acquis auxquels d’autres, mieux lotis font appel pour ne pas partager. Nous terminons par « Stop aux mouvements de haine et d’égoïsme ».

Jamais nous n’avons opposé « vrais » pauvres et « faux » pauvres. Et, sauf erreur de notre part, ce ne sont pas les plus démunis, ni les plus fragiles, qui font montre de repli sur soi, de haine, d’égoïsme, mais un certain nombre de ceux qui sont bien à l’abri. Heureusement, bien d’autres ouvrent leurs bras et leur cœur à tous ceux qui en ont besoin, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs.

Bien entendu, nous sommes en période électorale, mais ce n’est pas à nos yeux une raison pour tomber dans l’outrance et la caricature des idées de l’autre…

Dans l’édito du même document, nous avons écrit : Que les polémiques indignes cessent pour laisser place à la connaissance, à la compréhension, à l’acceptation de la différence, dans le respect de nos valeurs et des idéaux qui nous rassemblent.

C’est cela aussi le vivre-ensemble !

Michèle Bardot
Secrétaire de la section PS de La Source (et pas d’ailleurs !)