30 licenciements chez BRENNTAG à Saint Cyr en Val alors que le géant de la distribution chimique a publié un bilan plus que satisfaisant en 2016 avec un chiffre d’affaires de 10,5 milliards d’euros. En hausse de 1,5% sur un an.

Scandaleux !

Derrière ces licenciements, ce sont de nouvelles souffrances, de nouvelles détresses qui touchent des familles, des salariés. Et tout cela dans un silence assourdissant.

Il est utile de savoir que BRENNTAG a signé fin décembre 2017 la reprise des actifs de son homologue portugais, QUIMITECNICA. Ce qui renforce la présence de BRENNTAG dans la péninsule ibérique et dans plusieurs pays africains. Ces opérations se développent aussi sur l’Asie Pacifique.

Cette opération se fait, c’est évident, sur le dos des salariés de Saint Cyr en Val qui se retrouvent jetés comme des malpropres.

Qu’en pensent nos élus métropolitains bien au courant de ce nouveau coup porté à l’emploi ?
Qu’en pensent nos élus parlementaires LREM ?

A quand une loi interdisant les licenciements boursiers ?
A quand une loi interdisant les licenciements dans les entreprises réalisant d’importants profits… comme BRENNTAG ?