Le débat sur la suppression de la taxe d’habitation, proposition d’Emmanuel Macron, bat son plein. Pour ce qui me concerne, si je suis d’accord pour une réforme profonde de la fiscalité locale, je ne suis pas d’accord avec sa suppression qui aurait des conséquences dramatiques sur les finances des communes, déjà en difficulté avec la baisse des dotations.

D’ailleurs, Emmanuel Macron “bafouille” un peu ses arguments et dit tout et son contraire quant à la compensation pour les communes. D’un côté, il indique la compensation intégrale, puis, par la suite, il demande aux collectivités une baisse de 10 milliards d’euros au niveau des dépenses de fonctionnement. Ce qui signifie, moins de services rendus aux citoyens, des services publics étranglés, des tarifs des cantines augmentés, etc…

Et dans ce débat, la déclaration de Nathalie Kerrien, qui soutient Emmanuel Macron est surprenante. Si elle a raison de dire que l’on paie plus à Argenteuil qu’à Saint-Germain-des-Près, elle aurait pu rester plus “locale” et dire que l’on paye plus à La Source que dans les quartiers du centre ville d’Orléans. Mais, sur la justice fiscale pour La Source, combat que je mène avec un groupe de travail pluraliste depuis des années, y compris en séances du Conseil municipal d’Orléans, Nathalie Kerrien est toujours restée silencieuse.