C’est un chiffre dont on ne parle pas, un chiffre caché par les grands médias qui accuse un système où l’humain n’est pas la priorité : 407 morts dans la rue en 2017 dans notre pays.

Le plus souvent des hommes âgés de 49 ans en moyenne, mais également dix pour cent de femmes et cette année deux bébés (3 mois et 6 semaines).

Il est évident que les moyens pour lutter contre l’extrême pauvreté ne sont pas au rendez-vous. Et les belles paroles de M. MACRON, que de la communication. Oui, il faut construire des logements avec des loyers abordables, des structures d’hébergement d’urgence, des réquisitions. Il est utile de rappeler que sur Orléans, il existe 6000 logement vides.

Alors, assez de pleurnicheries, de compassion, il faut des actes forts, des moyen financiers. Et heureusement que des association comme le Secours populaire, le Secours catholique, ATD Quart Monde, la Fondation Abbé-Pierre et bien d’autres se mobilisent car la situation serait encore pire.

Merci à Claude SERILLON pour son libre propos (La République du Centre du samedi 6 janvier 2018)