Décidément, la question du commerce à la Source devient inquiétante. Après la récente fermeture d’Optic 2000, c’est au tour du marchand de journaud Mag Press, qui faisait office également de point-relais colis, au centre commercial de la Bolière, de mettre la clef sous la porte. Il n’ y a donc plus de marchands de journaux dans notre quartier.

Loin de moi l’idée de rendre responsable la mairie d’Orléans d’être responsable de cette situation qui inquiète nos concitoyens. A mon avis, il y a plusieurs facteurs à prendre en compte. Je m’en suis déjà expliqué.

Il n’en reste pas moins que la mobilisation de toutes et tous, élus, commerçants et associations d’habitants, est urgente pour faire le point et tout mettre en oeuvre afin d’examiner cette question et agir pour que des repreneurs soient contactés.